Chiffres Clés

-A +A

Le Tourisme un levier de croissance 

Le secteur touristique occupe une place importante dans l’économie marocaine. Il est de plus en plus considéré par les hauts responsables comme un secteur stratégique pour accompagner le développement économique.

Le tourisme met en jeu des investissements considérables de capitaux, génère des revenus substantiels et crée des emplois importants. Ainsi, il est une source indispensable de devises.

Deuxième contributeur au PIB national et deuxième créateur d’emplois

Le tourisme contribue largement à la création de richesses et à la diminution du chômage et de la pauvreté avec une demande touristique globale représentant environ 11,4% du PIB. Le secteur est également un excellent pourvoyeur en emplois avec 515 000 emplois directs en 2016 soit prés de 5% de l’emploi dans l’ensemble de l’économie.

Contributeur important à la balance des paiements 

Le tourisme détient une place importante en tant que source génératrice de devises du Royaume à côté des transferts des marocains résidents à l’étranger. En effet,  les recettes générées par les non-résidents ayant séjourné au Maroc se sont situées en 2016 (hors transport international) à près de 63.2 milliards de dirhams. Ces recettes en devises représentent près de 19%* des exportations des biens et services et le solde de la balance des voyages a couvert 27%* du déficit de la balance commerciale en 2016.

Le tourisme international en légère hausse au Maroc  

Le secteur touristique termine l’année 2016 sur une note positive, conforté par les résultats enregistrés durant les derniers mois. En effet, le nombre d'arrivées de touristes non-résidents  a atteint 10,33 millions de touristes soit une progression de 1,5% par rapport à 2015.

Des capacités en développement        

A fin 2016, la capacité litière classée a atteint 242 624 lits en progression de près de 11 290 lits supplémentaires par rapport à 2015.  Les hôtels 3*, 4*, 5* et les hôtels clubs constituant 58% du total du parc de l’hébergement touristique classé.

* Source : Compte des transactions courantes, Office des Change